• Passer la navigation
  • Accueil
  • Plan du site
  • Politique d'accessibilité
  • Français
  • English
  • Taille du texte : petitTaille du texte : normalTaille du texte : grandTaille du texte : très grand
Logo de SEPB Québec
2012-06-05
Nouvelle

Le conseil d’administration de la CCQ rejette la proposition du conciliateur GRÈVE GÉNÉRALE DEPUIS MINUIT

Montréal, le 5 juin 2012 – Les membres du Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB-Québec), section locale 573, sont en grève générale illimitée depuis minuit, après que le conseil d’administration de l’organisme eut rejeté hier soir l’hypothèse de règlement proposée par le conciliateur.

Décision irresponsable

« C’est une décision irresponsable de la part de la CCQ, et qui va causer beaucoup de tort à l’industrie de la construction », a déclaré Serge Cadieux, Directeur exécutif du SEPB-Québec. Le rejet de la proposition du conciliateur est d’autant plus déplorable, selon M. Cadieux, qu’elle respectait en tous points les paramètres financiers imposés par le conseil du Trésor et acceptés par l’ensemble des secteurs public et parapublic. L’hypothèse de règlement prévoyait également des réaménagements au régime de retraite afin de rétablir l’équilibre des coûts courants et même de dégager un bénéfice, sans augmenter les contributions de la CCQ et des salariés.

Le Directeur exécutif du SEPB-Québec en appelle au gouvernement pour qu’il prenne ses responsabilités et pour éviter un nouveau conflit au moment où la CCQ doit mener à bien les importants mandats qui lui ont été confiés. « La loi est très claire : à partir du moment où les mandats et les paramètres financiers autorisés par le conseil du Trésor sont respectés, ni la CCQ ni son conseil d’administration n’ont la latitude d’imposer un règlement à l’extérieur de ce cadre », a plaidé M. Cadieux.

Le syndicat rappelle que la CCQ, en bonne santé financière après un nombre record d’heures travaillées en 2011, n’a aucune raison de vouloir exercer une ponction dans la masse salariale. « La PDG Diane Lemieux est en train de saboter les efforts du gouvernement pour faire le ménage dans l’industrie de la construction. Son mandat, c’est de gérer l’industrie, un des secteurs clés de l’économie québécoise, pas de mettre le feu dans la maison », a affirmé M. Cadieux. Le gouvernement peut et doit rappeler à l’ordre la PDG de la CCQ, a-t-il conclu.

Il y aura piquetage demain matin devant les bureaux régionaux de la CCQ à travers le Québec.

Propulsé par Édimestre PlusMCLe logo d'Édimestre Plus : un "e" blanc dans une croix orange