• Passer la navigation
  • Accueil
  • Plan du site
  • Politique d'accessibilité
  • Français
  • English
  • Taille du texte : petitTaille du texte : normalTaille du texte : grandTaille du texte : très grand
Logo de SEPB Québec

Nouvelles

2015-05-26

ACHAT D’ARCHAMBAULT La peur des pertes d’emploi s’installe chez Renaud-Bray

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir
Mathieu Mercier est conseiller syndical de 13 magasins Renaud-Bray.

Le Devoir, 26 mai 2015. Les employés syndiqués des librairies Renaud-Bray sont inquiets. Une centaine d’emplois leur semble possiblement mis en danger, à cause des magasins qui se dédoublent soudainement par l’acquisition des 14 boutiques Archambault. Comment se fera l’intégration, si elle est avalisée par le Bureau de la concurrence ? Au prix de combien de fermetures de magasins ?

« Jamais je n’ai vu d’acquisition qui ne se soit traduite par une rationalisation, par ce qu’on appelle maintenant une optimisation. Et je n’ai jamais vu une optimisation qui n’entraînait pas de fermetures », a expliqué au Devoir Mathieu Mercier, du Syndicat des employées et employés professionnels et de bureau (SEPB), conseiller syndical de 13 magasins Renaud-Bray.

« J’ai reçu beaucoup d’appels de mes délégués syndicaux, qui cherchent ce que l’acquisition veut dire pour eux et ce que ça va transformer pour les employés. Plusieurs questions se posent, comme dans toute transaction où quelqu’un achète un concurrent, car le concurrent premier des Renaud-Bray, ce ne sont pas les librairies indépendantes, c’était Archambault. Même s’il y a une différenciation entre Archambault et Renaud-Bray, on sait tous qu’ils vendent dans une certaine proportion les mêmes éléments. »

Près, si près

« Nos gens sont un peu inquiets, car ils ne savent pas exactement où Renaud-Bray s’en va. Les plans à court, moyen ou long terme de l’entreprise n’ont pas été communiqués aux employés », et rien ne filtre des intentions d’affaires depuis la note de service laconique envoyée aux employés le 19 mai annonçant l’acquisition des Archambault.

« Il y a plusieurs endroits où, en sortant d’un Renaud-Bray, on peut voir un Archambault, illustre le conseiller. Lequel des magasins, dans ces cas de dédoublements, va rester ? On recense une dizaine de succursales où on trouve un Archambault à proximité, à une courte distance de marche. » Nommons à titre d’exemple le Renaud-Bray du Complexe Desjardins, où se situe aussi un Archambault, pas très loin encore du Renaud-Bray de la Place Ville-Marie. Beaucoup de livres offerts dans un espace restreint, en somme.

Lire la suite de: La peur des pertes d’emploi s’installe chez Renaud-Bray
Liste des nouvelles
Propulsé par Édimestre PlusMCLe logo d'Édimestre Plus : un "e" blanc dans une croix orange